Un métro à Québec, la meilleure idée

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Site Admin
Messages : 101
Enregistré le : 16 juin 2015, 14:05

Un métro à Québec, la meilleure idée

Message par cgelinas » 02 févr. 2019, 21:19

En réaction au Point de vue «Un métro à Québec, une fausse bonne idée» paru le 23 décembre

Prétendre que cette bonne idée peut être fausse est un illogisme d’autant plus surprenant que le maire de Québec avait déclaré quelques jours plus tôt au conseil municipal: «Moi aussi, j’en voudrais un métro, je ne suis pas fou», et qu’un récent sondage SOM démontre que 76% de nos concitoyens préfèrent un Métro contre 15% un tramway. Ils enchaînent ensuite en disant et en tentant de démontrer à l’aide d’arguments erronés, qui ne font que créer de la confusion dans un dossier devenu controversé en raison de l’absence d’études scientifiques préliminaires complètes, qu’un métro ne répond pas aux besoins de la Ville; alors que c’est aux besoins de ses citoyens qu’il doit pourvoir.

Malgré les estimations déjà fournies par la Ville à l’effet qu’un métro coûterait de 150M$ à 200M$/km, ils soutiennent que son coût serait de 250M$/km, son parcours de 23km et que l’ensemble du réseau structurant de transport en commun (RSTQ) coûterait au moins 7 milliards$. Trop cher disent-ils! Or un parcours entre l’édifice Marly et le Centre Vidéotron est d’environ 15km et pourrait coûter aussi peu que 2,3 milliards$ (15X150M$) soit le coût du tramway sur 23km tout en desservant beaucoup mieux le secteur le plus achalandé de la Ville.

L’élimination des 8km litigieux, voire inutiles, du tramway sur Pie XII et la 1re avenue et son remplacement par des autobus appropriés à la demande permettrait non seulement des économies substantielles, mais éliminerait les dommages et les souffrances anticipées par les riverains.

En supposant néanmoins que le coût du métro soit de 200M$/km et de 3 milliards$, bien qu’il paraît évident que creuser un tunnel sous le plateau de Ste-Foy et de Québec est moins coûteux que sous le niveau du fleuve St-Laurent et de la rivière des Prairies à Montréal, son coût à moyen terme demeure plus bas puisqu’il est plus économique d’entretien et que la durée de vie de ses rames et de ses infrastructures est au moins deux fois plus longue que celle d’un tramway qu’on n’aura pas besoin de remplacer, à un prix bien plus élevé, dans 25 ans.

D’autres économies pourraient aussi être réalisées si le même tunnelier était acheté par le gouvernement du Québec pour creuser les métros de Montréal et Québec et si l’achat des rames de métro Azur de Bombardier était regroupé.

La Ville de Québec a déjà précisé que le projet de tramway aura une capacité optimale de 5000 passagers à l’heure par direction; alors comment les auteurs de l’article peuvent-ils affirmer que sa capacité se situera entre 2500 et 9100 passagers? Une capacité optimale ne peut être exprimée que par un chiffre! Ils font la même erreur pour le métro en la fixant entre 9100 et 30 000 passagers. Ils soutiennent ainsi que la capacité du métro serait six fois plus importante que celle du tramway estimée par la Ville, soit 30,000 passagers à l’heure par direction, et aussi que cette surcapacité serait un inconvénient! C’est absurde.

Le métro de Montréal a une longueur de 71km et déplace 1,3 million de personnes par jour. Si à Québec on avait le même achalandage sur une longueur de 15km c’est 275 000 passagers qu’il déplacerait par jour, soit 13 700 usagers en moyenne à l’heure et évidemment beaucoup plus en période de pointe. Même si l’engouement des gens de Québec pour leur métro était moindre que celui des Montréalais, ce dont on peut douter, un métro attirerait beaucoup plus de passagers que les auteurs l’anticipent pour un tramway tout en surpassant de beaucoup leurs prévisions de capacité et de revenus.

Les auteurs de l’article disent aussi que les stations de tramway seront plus rapprochées les unes des autres que celles d’un métro et par conséquent que le temps de marche pour se rendre à une station sera plus court rendant l’usage du tramway plus attractif. Ce qu’ils oublient, c’est que le tramway doit desservir tous les usagers dans un rayon de marche de 800 mètres et qu’il n’y aura plus de service d’autobus sur son trajet contrairement à un métro.

Marcher deux fois ne serait-ce que la moitié de cette distance dans une grande ville au palmarès des plus froides au monde et attendre le tramway au froid jusqu’à trois à dix minutes à chaque sortie aura bien au contraire un effet dissuasif sur beaucoup d’usagers potentiels qui seront plutôt portés à prendre leur voiture. De plus, à chaque fois qu’un tramway sera immobilisé à la suite d’un accident ou d’une panne, c’est tout le réseau qui le sera contrairement à un métro, car il n’y aura aucune possibilité d’y substituer un service d’autobus parallèle compte tenu de la congestion routière provoquée par sa plateforme et l’absence d’une voie réservée.

Un métro servant de colonne vertébrale à un RSTC n’est pas seulement une bonne idée, mais la seule sensée. Comment le maire de Québec peut-il nous faire l’affront de promouvoir l’installation d’un tramway à Québec plutôt qu’un métro, sous le prétexte que ce dernier serait trop coûteux, alors qu’en même temps Montréal obtient le prolongement de sa ligne bleue après beaucoup d’autres depuis 50 ans. Considère-t-il que ses citoyens sont moins importants que ceux de Montréal?

Jean Guilbault

Ex-conseiller municipal district Laurentien, Québec


Source: Le Soleil
Claude Gélinas, Éditeur
Grand forum public des transports, au Québec

Publicité: Achetez vos noms de domaines au meilleur prix, avec MBNX

Répondre