Métro aérien: opération séduction du consortium dans la capitale

Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Site Admin
Messages : 87
Enregistré le : 16 juin 2015, 14:05

Métro aérien: opération séduction du consortium dans la capitale

Message par cgelinas » 27 juin 2018, 16:27

Les représentants d’un consortium qui fait la promotion d’un métro aérien à Québec sont en visite dans la capitale, ce mercredi, afin de «démystifier» leur projet et remettre les pendules à l’heure sur les coûts «erronés» véhiculés par la Ville.

Récemment, le maire Régis Labeaume a démoli ce projet évalué à 2,3 G$ pour 61 km de voies aériennes, affirmant qu’il en coûterait plutôt 100 M$ pour chaque kilomètre, loin des chiffres avancés par les promoteurs.

Il s’appuyait notamment sur une note technique interne fournie par le bureau de projet du SRB qui a utilisé comme base de comparaison le Skytrain de Vancouver, la Ligne 3 de Scarborough et les monorails de Las Vegas, Newark, São Paulo (Brésil) et Riyad (Arabie Saoudite).

Or, dans le lot, seul celui de Newark utilise la technologie Habegger moussée par le consortium SLC APM (qui regroupe PwC, ARUP, Solutrans et Loctrans). Et dans ce cas précis, les coûts ont explosé en raison d’une crise de gestion qui n’a «aucun rapport avec la technologie», a expliqué le président de Solutrans Jean O’Keefe lors d’une présentation aux médias en matinée.

Alors que le projet actuel de tramway et trambus est évalué à 3 G$, le consortium propose un métro aérien qui coûterait deux fois moins cher sur la rive-nord, à 1,55 G$. En ajoutant une ligne de 19 km à Lévis, les coûts grimpent à 2,31 G$. Pour chacune des quatre lignes utilisant la technologie Habegger, les coûts pour chaque kilomètre sont évalués à moins de 40 M$.

Emprise au sol minime

La technologie Habegger, qui a notamment été utilisée à Moscou, Sydney, Brisbane, Hambourg, Kuala Lumpur et Saragosse, est beaucoup moins invasive que les deux autres (skytrain et monorail ALWEG) et nécessite une emprise au sol minime. À l’exception de Moscou, où le béton a été employé, des piliers d’acier très minces sont généralement utilisés, ce qui ne défigure pas le paysage comme l’affirme le maire Régis Labeaume.

Les promoteurs du métro aérien sont convaincus de pouvoir trouver du financement privé pour ce projet, qui serait remboursé par la Ville et les gouvernements sur une période de 30 ans. Ils disent n’être liés à «aucun équipementier» et réitèrent qu’il n’a jamais été question d’un contrat de gré à gré comme le prétend la Ville de Québec, qui a soumis le dossier à l’UPAC.

Le porte-parole du consortium, Louis Aucoin, dit n’avoir reçu aucun appel de l’UPAC jusqu’à présent et semble convaincu que le corps policier n’enquêtera pas au sujet des allégations de la Ville de Québec. Il profitera de son passage à Québec, ce mercredi, pour rencontrer le maire de Lévis Gilles Lehouillier et le chef de l’opposition à Québec, Jean-François Gosselin.


Source: Journal de Québec
Fichiers joints
elements-du-metro-aerien-de-quebec.jpg
elements-du-metro-aerien-de-quebec.jpg (56.91 Kio) Vu 141 fois
projet-de-monorail-aerien-de-quebec-juin-2018.jpg
La technologie Habegger, qui a notamment été utilisée à Moscou, Sydney (photo), Brisbane, Hambourg, Kuala Lumpur et Saragosse, est beaucoup moins invasive que les deux autres (skytrain et monorail ALWEG) et nécessite une emprise au sol minime.
projet-de-monorail-aerien-de-quebec-juin-2018.jpg (75.39 Kio) Vu 141 fois
Claude Gélinas, Éditeur
Grand forum public des transports, au Québec

Publicité: Achetez vos noms de domaines au meilleur prix, avec MBNX

Avatar du membre
cgelinas
Site Admin
Messages : 87
Enregistré le : 16 juin 2015, 14:05

Un métro aérien qui fait du sens, pour Québec

Message par cgelinas » 27 juin 2018, 17:58

Que dire de la vue lorsqu'on emprunte ce type de monorail aérien. Ce serait bien plus beau qu'au sol et au moins, on aurait une chance de ne pas être continuellement pris aux intersections, même si ça n'avance qu'à 40 km / h.

Et pour le déneigement l'hiver, ce serait le rêve et zéro entrave au trafic automobile.

On peut également penser que ce serait plutôt silencieux et discret, dans le paysage, malgré le fait qu'on voit des poutres d'acier le long des principales artères, ce serait quand même discret et puisque ça arrive déjà dans des "stations" situées plus haut dans les airs, ça ouvre des possibilités inédites pour les constructions en hauteur, le long de ce monorail.

Sérieusement, peut-être que visuellement ce n'est pas un bon mariage avec le look médiéval du Vieux-Québec mais pour le reste de la ville, ce serait presque parfait.
Claude Gélinas, Éditeur
Grand forum public des transports, au Québec

Publicité: Achetez vos noms de domaines au meilleur prix, avec MBNX

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité